bodyboard

Quelle planche de bodyboard pour un débutant ?

This post is also available in: de

Le bodyboard attire beaucoup d’amateurs en sports nautiques en ce moment. Ce dernier se rapproche du surf à quelques exceptions près. Pour réaliser de belles figures en bodyboard, il faut déjà du bon matériel. Mais la question est comment choisir la meilleure planche quand on débute cette activité ?

Optez pour une longueur idéale

Ce type de sport se pratique allongé sur la planche. Pour perfectionner les mouvements, la planche doit rester proportionnelle à votre taille et votre poids. La longueur de celle-ci doit mesurer environ un pouce par rapport à votre nombril.

Pour un débutant, un bodyboard avec un pouce en plus serait plus adapté. Cela permettra de flotter sur l’eau sans difficulté. La forme élargie offre plus de sécurité et un meilleur confort dans les mouvements.

Les riders expérimentés optent en général pour une dimension avec un pouce en moins. En effet, plus la planche est réduite, plus le matériel se manie facilement. Du coup, vous gagnerez plus de vitesse et vous pourrez améliorer votre performance.

De bons matériaux

Les caractéristiques de la planche de bodyboard conditionnent également votre choix. Le bodyboard se fabrique à base de mousse qui se divise en trois catégories. Chaque type varie en fonction de la température de l’eau et du niveau du rider.   

Le polyéthylène a une propriété flexible et lourde. Ce matériau correspond à un niveau de base lorsqu’il y a beaucoup de vent et de clapot. À une température de 15 degrés, le body devient rigide. Dans ces circonstances, le polypropylène pour les experts, plus léger mais ferme, convient au climat. Enfin, le polypropylène à faible densité possède une souplesse intermédiaire entre deux cités juste avant. Il s’adapte dans les régions à grosses variations de température.

Les autres critères à prendre en compte

Pour choisir une bonne planche de bodyboard, vous devez prendre en compte votre gabarit, la structure, mais également la forme de la planche. Chaque section contribue à l’usage de l’appareil.

Le wide point constitue le point large du bodyboard qui se relie au nose ou la partie avant de la planche. Ils influent sur les enchainements de vos acrobaties. Pour rider à genoux, optez pour un wide point haut et un nose étroit. Pour glisser couché sur la planche, choisissez un wide point bas.     

La côté bas du slick se nomme channels. Elles forment un creux près du tail où repose votre cuisse. Les channels conditionnent l’accroche et la rotation du dispositif. Lorsque cette surface est plane, la manipulation se complique et inversement. La partie inférieure se subdivise en deux groupes : le crescent tail qui permet le drop-knee et le ride en prône, et le bat tail qui offre plus d’agilité et de rapidité.

 Les autres critères à prendre en compte

À l’intérieur du slick, on y trouve une fibre de verre ou du carbone appelée stringer. Celle-ci assure la rigidité et la durabilité de la planche qui la maintient pour éviter qu’elle ne se brise. On trouve principalement trois styles : le stringer simple carbone, le double stringer carbone et le trident stringer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.